¤ La fée Mélusine

Mélusine

 

Ancêtre féerique de la famille des Lusignan, dont l’histoire fut narrée par Jehan d’Arras en 1392, Mélusine (dont le nom signifie " merveille ") Fut l’une des trois filles que la fée Pressine eut avec le roi Elinas d’Albanie (Ecosse). Pressine avait fait jurer à son mortel époux de ne jamais cher à la voir au moment de ses couches. Elinas ayant trahi son serment, Pressine s ‘en fut avec ses trois filles, Mélusine, Mélior et Palestine qui, en grandissant, voulurent châtier leur père en l’enfermant au cœur de la montagne de Brumbloremmlion, dans le Northumberland. Mécontente de cette initiative, orchestrée principalement par Mélusine, Pressine condamna la fée à se transformer chaque samedi en serpent de la taille aux pieds, jusqu’à ce qu’elle épouse un homme qui accepte de ne jamais chercher à la voir samedi.

Alors qu’il errait dans la forêt de Colombiers après avoir tué accidentellement son oncle Aymeri de Poitiers au cours d’une chasse au sanglier Raymondin, fils cadet du comte de Forez, fit la rencontre de Mélusine à la fontaine de Soif-Jolie. Elle était si belle qu’il lui demande aussitôt sa main. La fée accepta, à la condition qu’il lui laisse la liberté de ses samedis, et ne cherche jamais à la voir ce jour-là. Raymondin promit, et devint bientôt le seigneur le plus puissant du Poitou grâce à l’influence de sa féerique épouse qui fait bâtir de somptueux châteaux, dont la forteresse de Lusignan édifiée en une seule nuit. De leur union, qui dura vingt-cinq ans, naquirent dix fils vaillants et courageux, mais affligés d’une marque ou d’une infirmité signant leur appartenance au monde merveilleux.

Hélas : persuadé par son frère Renaut que son épouse mettait à profit ses jours de liberté pour recevoir ses amants, Raymondin transgressa l’interdit et la surprit, un samedi, dans la tour où elle prenait son bain. Il la découvrit alors, parfaitement conformée de la tête à la taille, mais dotée en dessous d’une horrible queue de serpent qui faisait gicler l’eau de la cuve où la fée était plongée. Le cri d’horreur que poussa Raymondin alerta la fée qui, se voyant découverte, s’enfuit par la fenêtre sous la forme d’un serpent ailé. Depuis, elle vient les soirs de grand vent pleurer autour des tours du château qu’elle a abondonné pour toujours et, comme la Dame Blanche ou Banshie d’Ecosse, pousse des cris déchirants lorsqu’un malheur ou un deuil menace la famille des Lusignan. Fort célèbre en Poitou, elle est encore aujourd’hui surnommée familièrement la " mère Lusine ".

 

Copyright © Cellefleuille...Au Bord des Continents ... Veuillez respecter mon travail, merci !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×